Une bobine de fil bleu -
  • feuilleter
  • Roman
  • Littérature étrangère
  • Date de parution : 03/01/2017
  • Format : 14 x 20,5 cm, 400 p., 22,00 EUR €
  • ISBN 978-2-7529-1056-1
Une bobine de fil bleu
Anne Tyler
Traduit par Cyrielle Ayakatsikas
Langue d'origine : Anglais (États-Unis)

Ils se croyaient uniques : c’était peut-être la preuve supplémentaire que les Whitshank étaient une famille comme les autres.

 

Portrait des Whitshank, et de leur si jolie maison de Baltimore, Une bobine de fil bleu détricote sur plusieurs générations l’histoire d’une famille bien trop heureuse pour être vraie.

 

Et qu’il s’agisse de débusquer les politesses, de chasser les faux-semblants ou de dire l’amour, la plume drôle et méticuleuse d’Anne Tyler ne laisse rien au hasard.

ils en parlent…
  • « Tyler n’est pas simplement bonne. Elle est bonne à se damner. »

    John Updike.

     

    « Mon auteure préférée et la romancière la plus juste et la plus adroite du monde. »

    Nick Hornby.

     

    « De l’inspiration, de l’originalité, de la fraîcheur et un humour irrésistible. »

    Eudora Welty.

     

    « Les infimes compromissions et les tromperies familiales restent le sujet privilégié d’Anne Tyler, prix Pulitzer en 1989 pour Leçons de conduite et dont le magnifique Une bobine de fil bleu est le vingtième roman. […] L’humour et la tendresse des premières pages se vinaigrent peu à peu, évitant ainsi le sirop de la nostalgie qui n’intéresse pas Anne Tyler, méticuleuse, feutrée et un rien perverse. »

    Christine Ferniot. Télérama.

     

    « Avec une grande finesse psychologique et une certaine perversité non dénuée de tendresse, l’auteure excelle à disséquer les liens qui nous unissent, écornant au passage le « rêve américain ». Et offre une profonde réflexion sur le temps qui passe - ou comment la vieillesse nous amène petit à petit à déserter nos vies. »

    Avril Ventura. Elle.

     

    « La grande force de la romancière américaine réside comme à son habitude dans son art du détail, sa justesse d’analyse psychologique. Sa manière de rendre profondément incarné chacun de ses protagonistes. »

    Alexandre Fillon. Lire.

     

    « Les écrivains généalogistes demeurent très actifs outre-Atlantique Si Anne Tyler est l’une des papesses du genre, sa virtuosité avance toujours à couvert, ne se met pas en scène, pas plus qu’elle n’abuse de l’acide ou du psychodrame. »

    Alexis Brocas. Le Magazine littéraire.

     

    « Anne Tyler recrée à la perfection la vie enviable et le quotidien animé d’une maisonnée où l’on n’a rien à cacher. Vraiment ? »

    Florence Bouchy. Le Monde des Livres.

     

    « Tout cela est très vivant, débordant de détails domestiques, baignant dans une bonne odeur de cookies en train de cuire. »

    Éric Neuhoff. Le Figaro littéraire.

     

    « Le retour, en grande forme, de la romancière de la famille. »

    Claire Devarrieux. Libération.

     

    « Anne Tyler, orfèvre en matière de fictions intimistes réussit un vingtième roman à se lécher les doigts. »

    Christine Salles. Psychologies Magazine.

     

    « Une émouvante saga écrite par une grande dame de la littérature américaine. »

    Isabelle Bourgeois. Avantages.

     

    « Une lecture irrésistible. »

    Anaïs Orieul. Terra Femina.

     

    « Un feuilleton américain délicat et humoristique. »

    Télé 7 jours.

     

    « Subtil, délicat et violent à la fois. »

    Sylvie Breton. Télé Loisirs.

     

    « C’est avec un humour féroce et une psychologie d’une grande finesse qu’Anne Tyler dépeint un univers familial d’une terrible authenticité. »

    Blog de la librairie Mollat.

     

    « Une bobine de fil bleu reste pour moi une très belle découverte. Une toile parfaitement tissée par une grande et talentueuse romancière. »

    Stéphanie Banon, Librairie Charlemagne (La Seyne-sur-Mer). Page des Libraires.

À propos de l'auteur
Existe aussi
Du même auteur
Plus de titres