La Dérobade

La Dérobade

Jeanne Cordelier

« Le récit de Jeanne Cordelier a tout juste trente ans. Il pourrait en avoir cent et avoir été écrit hier », nous dit Benoîte Groult. La Dérobade est de ces livres qui résonnent longtemps, qui s’ancrent dans nos âmes, « tant la douleur est éternelle, et tant “l’espérance est violente ”, et tant le talent n’a pas d’âge ». D’aucuns disent que la prostitution est un...

Édition papier

Date de parution : 03/05/2007

Prix : 22,30 €

Format : 20.5 x 14 cm, 432p.

ISBN : 978-2-7529-0263-4

« Le récit de Jeanne Cordelier a tout juste trente ans. Il pourrait en avoir cent et avoir été écrit hier », nous dit Benoîte Groult. La Dérobade est de ces livres qui résonnent longtemps, qui s’ancrent dans nos âmes, « tant la douleur est éternelle, et tant “l’espérance est violente ”, et tant le talent n’a pas d’âge ». D’aucuns disent que la prostitution est un métier comme un autre – le plus vieux d’entre tous –, un espace de liberté, un droit… ancestral. On se rassure. On se ment.
Pour les autres – la majorité, osons-nous croire –, la prostitution relève de l’exploitation sexuelle des femmes, de la violation des droits de l’Homme.
Lisons, relisons La Dérobade, la vérité est là, crue, amère. Elle est partout, dans ce style luxuriant, brûlant, dans ces mots exutoires, dans cette « révolte précieuse qui est parfois le seul signe de vie au fond de l’horreur ».