Sura

Franck Berzieri

En débarquant en Égypte au cours de l’année 1798, Bonaparte ne se doutait pas qu’il allait raviver la fascination ancestrale de l’Europe pour cette province ottomane et pour tout l’imaginaire qu’elle véhicule. Indolence des fellahs, magie des pyramides, désir d’ailleurs… Les voyageurs européens du XIXe siècle, en quête d’exotisme, se pressèrent sur les rives du Nil....

Édition papier

Date de parution : 11/10/2012

Prix : 36,00 €

Format : 28 x 25.5 cm, 224p.

ISBN : 978-2-7529-0746-2

En débarquant en Égypte au cours de l’année 1798, Bonaparte ne se doutait pas qu’il allait raviver la fascination ancestrale de l’Europe pour cette province ottomane et pour tout l’imaginaire qu’elle véhicule. Indolence des fellahs, magie des pyramides, désir d’ailleurs… Les voyageurs européens du XIXe siècle, en quête d’exotisme, se pressèrent sur les rives du Nil.
Chateaubriand, Gérard de Nerval, Gustave Flaubert, Maxime Du Camp, Arthur de Gobineau, Joseph Michaud, Théophile Gautier ou Pierre Loti font partie de ceux-là, comme tant d’archéologues, de photographes ou de simples curieux.
Photographies et littérature accompagnèrent dès lors ces fous d’Orient, rendant compte d’un pays fantasmé à la beauté surannée, d’une terre magique trop souvent réduite à l’Antique, et qui délibérément se tournait vers les attraits de la modernité.
Les récits de voyage et les photographies se multiplient alors, dévoilant chacun leur tour, avec des émotions variées, une multitude de points de vue face à l’altérité.
Sûra, c’est la « photographie », l’instantané de cette rencontre entre l’Occident et l’Égypte du XIXe siècle avec tout ce qu’elle a pu contenir d’émerveillements et de maladresses, de craintes et de curiosité. C’est le reflet d’une époque avec ses photographes et ses écrivains, son regard et ses mots, qui dévoilent, au fil des pages, une Égypte authentique, à la fois puissante et fragile, mais toujours aussi mystérieuse.