Actualité générale Les libraires aiment – « Bélhazar » de Jérôme Chantreau

Les libraires aiment – « Bélhazar » de Jérôme Chantreau

Nathalie Pelletey, Librairie Doucet, Le Mans, 72

C’est un délicieux portrait que nous offre Jérôme Chantreau à travers l’évocation de ce « regardeur de soleil », un jeune garçon différent, ailleurs, dans son monde mais tellement attachant, capable de donner aux autres « l’énergie d’être eux mêmes ».La description qu’il en fait pages 329-330 est terriblement touchante et authentique. J’ai également beaucoup apprécié le portrait de ce père qui encourage et participe pleinement à la fantaisie de son fils. Il faut, je crois, avoir conservé un peu de son âme d’enfant pour être pénétré par la poésie de cet enfant et ce destin incroyable. »

Christelle, Espace Culturel, Thionville, Metz, 57

« Bélhazar, un nom peu ordinaire pour un garçon extraordinaire. En 2013 et à seulement 18 ans, Bélhazar décède d’une balle dans la tête lors d’un contrôle de police. La balle provient de l’arme qu’il détenait illégalement. Geste volontaire ou bavure policière, voilà la question à laquelle Jérôme Chantreau, lui qui a été son professeur et dont le fils était un ami proche. Avec l’aide de ses parents, l’auteur nous plonge dans l’intimité de Bélhazar pour tenter de découvrir la vérité. Nous découvrons alors la personnalité unique d’un jeune homme charismatique extrêmement mature, à l’esprit débordant de créativité, passionné d’histoire, énigmatique, et qui aura marqué beaucoup de personnes dont les lecteurs de ce très beau livre rempli d’émotions »

Nicolas, Le Vent délire, Capbreton, 40

« Voici un livre bouleversant de sincérité et d’émotions ! Bélhazar, l’adolescent hypnotique, poète, peintre, incarné…décède lors d’un contrôle de police. Le drame passe presque inaperçu avec le temps, jusqu’à ce que l’auteur, professeur de français et de latin, décide de s’emparer de son histoire, l’ayant eu comme élève. S’y révèle une histoire folle de malédictions en cascade que Jérôme Chantreau nous raconte, mais c’est avant tout une mise à nu magnifique et intime que l’auteur nous fait partager. Sa quête de vérité et de compréhension heurte sans cesse son itinéraire personnel, l’émotion du lecteur étant totale. Un livre habité, extrêmement touchant ! »

Virginie, Librairie de Paris, Saint-Etienne, 42

« Je suis sortie de ce roman en me disant : « Je ne sais pas ce que j’ai lu ! ». Un récit inqualifiable qui devait prendre la tournure d’une enquête, mais non, d’un portrait, mais non, d’un témoignage, mais non… Bref inqualifiable.
Belhazar, 18 ans, meurt étrangement lors d’un contrôle de police, d’une balle derrière l’oreille, tirée de sa propre arme. Son ancien prof de français, narrateur, souhaite enquêter et écrire un livre témoin. C’est ce que vous avez entre les mains. Un sujet qui lui demande un investissement au-delà de ses ambitions. Vous apprendrez à connaître Belhazar, personnage lumineux, hors norme, que j’aurais adoré rencontrer. Vous plongerez dans le labyrinthe d’Alice et du lapin blanc, vous comprendrez la peine de ses parents exprimée totalement différemment, vous ressentirez comme une malédiction latente, vous voudrez savoir ! »