Alexandre, suivi de Ludwig

Alexandre, suivi de Ludwig

Klaus Mann

Préface et révision de traduction par Corinna Gepner

Le conquérant grec et le roi de Bavière ont ceci de commun : ils se sont créé un univers propre, à la fois symbole d’infini et de prison, et ont poursuivi leurs rêves jusqu’à la folie.

Écrit alors que Klaus Mann n’a que ving-trois ans, Alexandre retrace avec précision la vie, les conquêtes et les amours de celui qui...

Traduit par Pierre-François Kaempf

Édition papier

Date de parution : 08/03/2012

Prix : 21,30 €

Format : 20.5 x 14 cm, 288p.

ISBN : 978-2-7529-0567-3

Préface et révision de traduction par Corinna Gepner

Le conquérant grec et le roi de Bavière ont ceci de commun : ils se sont créé un univers propre, à la fois symbole d’infini et de prison, et ont poursuivi leurs rêves jusqu’à la folie.

Écrit alors que Klaus Mann n’a que ving-trois ans, Alexandre retrace avec précision la vie, les conquêtes et les amours de celui qui posséda le plus vaste empire du monde antique. Il y dépeint un empereur en quête d’absolu et dévoile les ravages que peut provoquer sur un prince et son peuple la démesure d’une utopie.

Dernier texte romanesque de Klaus Mann publié avant son exil aux États-Unis, Ludwig décrit les derniers jours d’un monarque, Louis II de Bavière, à la fois méprisé et craint, qui se noya dans le lac de Starnberg après avoir tué son médecin. Ludwig ou la lutte vaine et sans merci d’un roi qui se prenait pour Dieu contre la laideur, la bêtise et la mort.