La Couleur du lait

La Couleur du lait

Nell Leyshon

En cette année 1831, Mary, une jeune fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible, en bref, une banale vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.
Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à...
Traduit par Karine Lalechère

Édition papier

Date de parution : 28/08/2014

Prix : 17,00 €

Format : 20.5 x 14 cm, 176p.

ISBN : 978-2-7529-0982-4

Édition numérique

Acheter ce livre au format numérique

Date de parution : 23/10/2014

Prix : 6,49 €

ISBN : 978-2-7529-1030-1

    « Nell Leyshon réalise un travail d’orfèvre en composant un texte éprouvant, mais porté par la figure lucide et magnifique de Mary. Un texte vibrant qui résonne encore longtemps une fois le livre refermé. »

    Linda Pommereul, Librairie Doucet (Le Mans), Page des Libraires

    « Dans La Couleur du lait, la Britannique Nell Leyshon s'efface entièrement derrière son personnage. C'est bien la voix de Mary, et elle seule, qu'on entend au cours de ce récit. Un récit poignant scandé par des retours sur soi où la jeune fille martèle son identité, comme pour s'en assurer, s'affirmant de plus en plus dans l'expérience de l'écriture. »

    Stéphanie De Saint Marc, Le Monde Des Livres
En cette année 1831, Mary, une jeune fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible, en bref, une banale vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.
Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre  les richesses de la lecture et de l’écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Finalement l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son  implacable confession.